Découvrir

Les Archives Départementales

Galerie de documents

Au suivant !

Chaque année ont lieu le 3e week-end de septembre les Journées européennes du Patrimoine. En 2015, les archives départementales de l'Yonne proposaient, entre autres activités, une visite commentée de leurs magasins de conservation. Réservée aux plus de 16 ans, elle avait pour thème "Cachez ce document que je ne saurais voir : les dessous des archives départementales"...

Derrière une image sérieuse, voire austère, les archives départementales, chargées de préserver la mémoire de la société, renferment des documents à ne pas mettre entre toutes les mains ni sous tous les yeux : pièces à convictions de procédures judiciaires pour mœurs, caricatures licencieuses, cartes postales et correspondance coquines, etc. À travers cinq vitrines exhibant des originaux, et de nombreuses reproductions de documents effeuillées dans les dépôts, les visiteurs étaient invités à embrasser ce patrimoine.

Le parcours se terminait par une vitrine intitulée "Vices et vertu" , devant laquelle les visiteurs étaient accueills par la chanson de Jacques Brel "Au suivant" . Les documents qui y étaient présentés rappelaient qu'au XIXe siècle et jusqu'au milieu du XXe siècle, la société, qui pourtant portait la vertu au pinacle, tolérait la prostitution, dont elle entendait tout de même atténuer les effets.

Perçue comme un "mal nécessaire", elle était réglementée et encadrée par l'État, et s'exerçait dans des établissements appelés maison de tolérance ou maisons closes. Dans les départements, les préfets, en charge de l'application de la loi, surveillent les maisons, répriment la prostitution clandestine (qui s'exerce le plus souvent dans des habitations privées), et organisent le suivi sanitaire des prostituées afin de lutter contre la propagation des maladies vénériennes.

Parmi les documents présentés dans cette vitrine, en voici quelques uns, évocateurs chacun d'histoires individuelles liées à la réalité de la prostitution dans l'Yonne :

  • Le 10 juillet 1917, la dame Villeminot, gérante d'un débit de boissons, s'adresse au préfet pour se plaindre de l'agent de police Chambenoît, qui l'aurait malmenée et frappée. Ce dernier venait signifier à sa servante, la demoiselle Deschamps, dont il estimait qu'elle se livrait à la prostitution, de s'inscrire sur le registre des prostituées tenu par le commissariat. Pour lui répondre, le préfet saisit alors le commissaire de police d'Auxerre pour lui demander des comptes ; voici sa réponse qui exonère, comme il se doit, les forces de l'ordre (lecture : Antoine Bianconi / arch. dép. Yonne, 3 M 26/2).   application/octet-stream Lire le fichier audio. (680,11 kB)
  • Durant la Seconde Guerre mondiale, le milieu de la prostitution se compromet largement avec l'Occupant : cette photographie de soldats allemands, qui attendent leur tour devant l'entrée de la maison close du 15, rue de la Louptière à Sens, en témoigne....

   

  • La loi du 13 avril 1946, dite "loi Marthe Richard" (du nom de la conseillère municipale de Paris, elle-même ancienne prostituée, qui l'a inspiré) abolit le régime de la prostitution réglementée, et impose la fermeture des maisons de tolérance. Celles-ci sont toutefois tellement ancrées dans le paysage que le préfet de l'Yonne est obligé de faire rappeler à la gérante du 15, rue de la Louptière à Sens, le 14 juin 1946, qu'elle ne pourra pas céder sa maison close à un repreneur, mais qu'elle doit la fermer...

Les archives départementales de l'Yonne "cachent" donc bien d'autres documents ... charge à vous de venir les découvrir !

Documents sélectionnés et présentés par Arnaud Fouanon

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Portail Départemental