Découvrir

Les Archives Départementales

Galerie de documents

Des travaux pharaoniques sous l’œil du photographe

Entre mai 1901 et juin 1905, des travaux spectaculaires sont entrepris sur le site de l'étang du Bourdon, à quelques kilomètres au sud-est de Saint-Fargeau ; ils se déroulent sous l'objectif d'André Elzéar Thibault, sous-ingénieur chargé de la conduite des travaux, qui en a laissé un reportage saisissant.

L'aménagement du canal de Briare, débuté sous Henri IV et achevé en 1642, est décidé pour relier les bassins de la Loire et de la Seine. Dès l'origine, ce projet suppose d'importantes quantités d'eau pour assurer l'alimentation de l'ouvrage sur la ligne de partage des eaux. Réglée dans un premier temps par l'utilisation d'étangs (dont celui du Bourdon), la question se fait de plus en plus pressante avec la mise au gabarit Freycinet (loi de 1879) - qui implique, à chaque passage d'écluse, la descente de 800 à 1000 m³ d'eau - et, surtout, l'ouverture en 1896 du fameux pont-canal sur la Loire. Deux projets se font concurrence, qui sont finalement réalisés l'un et l'autre : la construction d'une usine d'élévation des eaux à Briare, et la création d'un réservoir en lieu et place de l'étang du Bourdon, près de Saint-Fargeau.

Les travaux débutent en 1901 : sont aménagés une digue, des siphons, un déversoir. La digue, longue de 300 mètres, composée de sable et d'argile pris sur place, est construite entre les collines des Landiers et de Brouillambert. La surface intérieure est revêtue d'une maçonnerie de blocs de grès provenant du lieu-dit La Marcinière. La partie aval de la digue est aménagée en un jardin pittoresque, permettant au public de jouir des différents ouvrages.

Pendant plus de quatre ans, le travail, pénible (pelles et pioches sont encore largement utilisées, malgré l'utilisation de matériel moderne – chemin de fer Decauville pour l'acheminement des matériaux entre les carrières et le site, corroyeur mécanique) est conduit par André Elzéar Thibault, jeune sous-ingénieur des Pont-et-Chaussées (il a 34 ans au début des travaux). Ce dernier ne fait pas que diriger les travaux : dans le cadre de son service, il en assure aussi la couverture photographique.

Si les 105 photographies que comporte son reportage sont aujourd'hui conservées par Voies navigables de France, et ont le statut d'archives publiques, Thibault a soin d'en conserver des tirages dont il se fait des albums personnels. L'un d'entre eux est remis en 1951 à la commune de Saint-Fargeau ; un autre est aujourd'hui conservé aux archives départementales de l'Yonne, où il permet de suivre, plus d'un siècle après, toutes les étapes d'un chantier hors du commun.

Feuilleter le document

Document sélectionné et présenté par Pierre-Frédéric Brau

Réservoir du Bourdon : exécution des travaux : photographies / André Thibault (1901-1905)

Arch. dép. Yonne, 25 Fi 1

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Portail Départemental